La déclaration de copropriété des condos prévoit en règle générale que le syndicat a l’obligation et la responsabilité d’assurer l’entretien et le nettoyage des parties communes de la copropriété. Aussi est-il indispensable de mettre en place une méthodologie efficace et de faire les bons choix afin de conserver l’immeuble propre et sécuritaire au juste coût?

1. Recenser les tâches à effectuer périodiquement

L’article 1039 du Code civil du Québec précise que le syndicat a le devoir de veiller à conserver les parties communes en bon état. Cela implique de faire effectuer les réparations mais également d’organiser le nettoyage des parties communes de la copropriété. En fonction de la configuration de l’immeuble, les tâches relatives au nettoyage peuvent être nombreuses et variées; il est donc nécessaire de les lister de manière exhaustive et d’estimer leur fréquence.

Les tâches relatives au nettoyage des parties communes d’un condo

La gestion de l’entretien des bâtiments touche notamment :

  • Le nettoyage des couloirs, escaliers, ascenseurs (y compris les rampes, miroirs et interrupteurs) et stationnement;
  • Le lavage des sols dans l’ensemble des parties communes de la copropriété;
  • Le nettoyage des vitres;
  • L’entretien des espaces verts et des abords de l’immeuble;
  • La sortie et la rentrée des conteneurs à ordures;
  • Le déneigement.

La fréquence de ces tâches dépend essentiellement de la taille de la copropriété, et du nombre d’occupants de l’immeuble. Elle est déterminée par le syndicat qui veille à conserver un juste équilibre entre services et prix.

2. Répartir les tâches

À partir de la liste des tâches définie, le syndicat va choisir de confier les tâches de nettoyage des parties communes de la copropriété à des salariés, ce qui nécessite une gestion des ressources humaines, ou à des prestataires extérieurs, voire panacher les deux.

Cette décision se prend en grande partie en fonction de la taille du bâtiment, des espaces extérieurs, de la fréquence de nettoyage souhaitée ainsi que des équipements et du savoir-faire nécessaires au nettoyage des parties communes de la copropriété.

Dans les petits condos, ou dans le cas de parties communes à usage restreint, il arrive que les copropriétaires prennent en charge eux-mêmes certaines tâches.

3. Établir un cahier des charges

Afin de pouvoir comparer les coûts et éviter tout malentendu quant aux modalités d’exécution des tâches, il est préférable d’établir un cahier de charges pour le nettoyage des parties communes de la copropriété. Et ce, qu’elles soient prises en charge par des salariés de l’immeuble ou des prestataires extérieurs.

Ce cahier des charges devra notamment indiquer :

  • La liste des tâches à effectuer;
  • Leur fréquence, voire les horaires d’intervention;
  • Éventuellement les produits ménagers, les équipements à utiliser et par quelle partie ils sont fournis.

Il est également d’usage de procéder à une visite du bâtiment avec les salariés de l’immeuble et/ou les prestataires de service consultés avant de leur confier les tâches de nettoyage des parties communes de la copropriété.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]