Avant de confier une partie ou la gestion complète d’une copropriété à un cabinet, il est essentiel de se renseigner sur les compétences et le sérieux de la compagnie. Outre les informations qu’il est possible de glaner sur l’entreprise, il est important de communiquer en amont avec elle. Il existe notamment un certain nombre de questions à poser à un gestionnaire de copropriété et un cahier des charges à établir pour définir une gestion sur mesure.

 

Vérifier la compétence et le sérieux de l’entreprise

 

1. Disposez-vous d’une équipe multidisciplinaire?

La gestion d’une copropriété regroupe des tâches complexes et variées qui requièrent de nombreuses compétences, allant de la gestion des bâtiments à la gestion des ressources humaines pour condos. Pour gérer correctement un condo, il faut être à la fois comptable, juriste, expert en bâtiment etc. Personne ne dispose de connaissances approfondies dans l’ensemble de ces domaines, c’est pourquoi les meilleurs cabinets en gestion de copropriété travaillent en équipe multidisciplinaire. Découvrez quelles sont les responsabilités du syndicat de copropriété.

2. Pouvez-vous me donner les coordonnées de copropriétés que vous gérez?

Outre les questions à poser au gestionnaire de copropriété, il est utile d’avoir une discussion avec un membre du Conseil d’administration d’un condo comparable géré par le cabinet.

Cela permet notamment de vérifier que celui-ci est capable de s’adapter aux besoins spécifiques d’une copropriété et d’offrir un service sur mesure.

 

Les questions portant sur le cabinet de gestion

 

Que vous confiiez une partie ou la gestion complète de votre copropriété au gestionnaire, vous devez vous assurer que le syndicat est bien protégé ainsi que chaque copropriétaire. Car même si le cabinet est sérieux et compétent, nul n’est à l’abri d’une erreur qui en matière de copropriété peut coûter très cher.

Parmi les questions à poser à votre gestionnaire de copropriété dans ce domaine figurent celles-ci :

3. Quelles sont les conditions et montants de votre assurance responsabilité civile?

Il est prévu dans l’article 1458 du Code civil du Québec que dans le cas où sa responsabilité est engagée, le prestataire est tenu de réparer le préjudice causé à son cocontractant.

Bien que la loi n’impose pas au cabinet de contracter une assurance responsabilité civile, celle-ci est indispensable, les fonds propres du cabinet pouvant s’avérer insuffisants en cas de dommage ou préjudice grave.

4. Êtes-vous membre d’une organisation professionnelle ?

Les cabinets qui adhèrent à une organisation professionnelle telle que par exemple l’Association québécoise des gestionnaires de copropriété (AQGC) ou le Regroupement des Gestionnaires et Copropriétaires du Québec (RGCQ) s’engagent dans une démarche qualitative.

Mais ils bénéficient aussi de toute une gamme de services (accès à des experts, juristes spécialisés, bulletins d’informations, formations etc.), leur permettant de rester à la pointe et d’effectuer une veille juridique, et ainsi d’offrir la meilleure collaboration possible à leurs clients.

Pour finir une question concernant les outils de communication du cabinet :

5. Quels outils utilisez-vous pour communiquer avec les copropriétaires?

Il faut vivre avec son époque et aujourd’hui les cabinets modernes utilisent des technologies permettant de contacter les gestionnaires en cas d’urgence ou encore de suivre en temps réel les tâches effectuées au sein de la copropriété.

Certes, cette liste de questions à poser à un gestionnaire de copropriété n’est pas exhaustive mais elle donne rapidement une idée du sérieux d’un cabinet.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]